SHK-1 de Schempp Hirth    

  Page publiée le 19 octobre 2018 et actualisée le 16 novembre 2018

 

27 mai 2016

  03 juin 2016

09 sept 2018

23 sept 2018

29 sept 2018

09 oct 2018

19 oct 2018

16 nov 2018

 

 

Vidéo du premier vol mise en ligne le 24 octobre. Durée du vol 21mn - durée vidéo 4mn17". Pas moins de cinq caméras synchronisées : 3 embarquées et 2 au sol !

Vidéo du deuxième vol mise en ligne le 31 octobre. Durée du vol 51mn37"- 

 

 

Pour les nostalgiques des années 60 aux Alpilles...Et vous pouvez l'agrandir

Nous sommes le vendredi 19 octobre 2018. Il fait beau (26°C), absence de vent et la plateforme des Alpilles libre !  alors autant en profiter car c'est la dernière semaine ici en Provence.

Deux vols réalisés dont un court pour vérifier la poussée symétrique des moteurs lors du décollage.

Merci à Jean-Louis pour son aide, pour les photos et la tenue du camescope. On retrouvera les rushs dans quelques temps.

GR

 

Trois Mobius à bord dont une sur le dos malheureusement mal calée, une dessous l'aile gauche regardant la queue et une sur le bord d'attaque de l'aile droite visible ici sur la photo que vous pouvez agrandir

Ici opération de pompage pour remplir la réserve d'air comprimé destiné au vérin du train

Connection puissance moteurs avec connecteurs pare-étincelle

Mobius cachée à l'intrados: la prochaine fois elle sera plus proche du bord de fuite

allumage et contrôle des trois caméras embarquées.

C'est parti moteurs en phase accélération toutefois étant seul petit cafouillage avec le manche des AF qui coupe les moteurs dès que je les bouge...

C'est le monde à l'envers : en effet c'est le pilote qui tient le bout d'aile ... oui mais - un peu trop longtemps

La puissance des deux moteurs est parfaite : pas moins - pas plus !

Hangars fermés excepté l'atelier car deux grandes visites sont en cours

J'aime bien ce cliché : vous pouvez l'agrandir !

Passage "gentillet" dans un air calme, très calme

...puis ouverture des deux robinets à électrons pour rejoindre la pente. Pente que je trouve parfaitement à l'échelle du SHK

...et les moteurs poussent donnant une autre vie à ce planeur qui - avec ce temps - serait déjà posé sur terre. Les plus récalcitrants vont devoir s'habituer à ce type de vol à voile qui supprime nombre de servitudes et donc devrait réduire les coûts. Les aéromodélistes ont dans ce domaine une grande longueur d'avance car les coûts de l'innovation sont sans commune mesure avec le vol à voile. Sachez messieurs, profiter de cet apport - sans hausser les épaules. De plus on attend aucun remerciement !

Quelques petits thermiques sont venus pousser le SHK vers le haut et visiblement la source d'énergie provenait du bitume de la piste

la spirale se maintient facilement sans variation de pente. Photo de J-L proposée en 1920 pxl

 Nous ne sommes pas toujours d'accord sur le sujet : Et ce n'est pas grave.  Personnellement je trouve que ce planeur - dans cette configuration - a fière allure ! De plus il a le mérite d'assumer sa mise ne l'air sans l'aide de personne et ensuite de pratiquer le véritable vol à voile. Que voulez-vous de plus ?

Mauvais calage de la caméra placée sur le dos du fuselage. On fera mieux la prochaine fois.

Photo de J-L  alors que le planeur entame une ascension motorisée

De là-haut les Mobius nous rapportent des images extraordinaires ! Jamais - en étant à bord d'un grandeur, je n'aurais pu réaliser de tels clichés !

 Quels extraordinaires progrès en aéromodélisme depuis mes premiers planeurs CB des années 50... Malheureusement cette évolution va cesser car les autorités font tout ce qui est en leur pouvoir pour nous voir disparaître alors que cette activité n'a causé aucun accident depuis qu'elle existe. Quelle tristesse... Et pendant se temps, nos enseignants se font menacer par des enfants qui préfèrent la violence et qui feraient mieux de pratiquer l'aéromodélisme comme ce fut mon cas lorsque j'étais enfant et adolescent. Oui mais voilà, notre population d'aéromodélistes d'aujourd'hui est considérée aussi gravement délinquante que celle qui s'épanouie partout en France dans les quartiers réputés "difficiles". Un euphémisme parmi tant d'autres ! J'ose espérer qu'un de nos talentueux législateurs ne viendra pas mettre son nez dans la pratique du voilier Rc car j'aimerai finir mes jours en paix au bord de l'eau et ne pas être obligé de descendre encore plus bas en pratiquant le sous-marin rc avec une combinaison militaire TAP !

Le hangar nord : premier hangar construit à Romanin

le ronronnement des 2 moteurs n'est pas désagréable

Quelle  idiote manie que de vouloir rattraper son ombre

Calme complet à Romanin pour voler serein

La figurine mériterait un coussin supplémentaire sous ses fesses

Ici le SHK est à la hauteur des ruines du château de Romanin

Ayant pris de mauvaises habitudes avec l'ASH25 car il a le mérite de se poser lentement et donc de poser court, avec lui j'ai du mal car il vole vite AF sortis, et sur un surface bitumée, l'effet sol prolonge toujours le planeur...

...vers l'extrémité de piste ! Je comprends pourquoi ce planeur avait un parachute de queue. Dispositif qui serait fort utile pour calmer la bête !

Préparatifs pour le deuxième vol...

La pente de montée est parfaite

Rapidement on se trouve en situation pour aller taquiner les thermiques. Un jeu que l'on peut commencer très tôt, comme aujourd'hui à moins de 100 m d'altitude

Phase de décollage du deuxième vol et voila ce que la cam placée sur le dos enregistre...Aucun intérêt, par contre je découvre sur l'aile droite un insecte accroché orienté face au vent relatif qui tiendra jusqu'à 3mn22...

 et à ce jeu le SHK avec 400 mm de corde à l'emplanture se comporte très bien

 On va poser en prenant soin de ne pas être trop haut

 Perte d'altitude et passage en mode landing...

Af double-lames certes, facile à contrôler en finale excepté la vitesse  

Le touché se fait gentiment à la condition d'être très attentif, par contre le roulage n'en fini plus. Un frein de roue ne serait pas inutile ...

Bonne soirée : GR