Le savoir-faire...

  Page publiée le 24 janvier 2007 et actualisée le 27 novembre 2010 

Recherche interne

 

 

 

Stratifier Cellule

Etuvage sans étuve

 

 

 

 

E-mails du 24 janvier 2007 en provenance de Normandie...

Bonjour Gérard,
J'ai préparé un stage de construction d'un Discus au Caen Aeromodeles actuellement 10 planeurs en construction. Le challenge étant de faire construire un planeur à des modélistes plus habitués à acheter du RTF que du kit à coller sans outillage particulier (pas de pompe a vide). Les participants viennent dans mon atelier réaliser le fuselage et le baquet de verrière en composites et construisent le reste chez eux suivant une notice que j'ai rédigé en construisant le mien avec le même procédé. J'ai rallongé un fuselage de Ventus Gprn 4.00m de 12 cm pour avoir le même bras de levier AR que le vieux Discus GPRN. Puis j'ai supprimé les karmans pour pouvoir utiliser n'importe quel profil et ensuite j'ai passé le stabilisateur à volet en pendulaire. J'ai gardé le profil du vieux Discus Ritz 23015 j'ai volé avec durant une quinzaine d'années sur toutes les pentes possibles avant de me faire descendre (fréquence)
et ce planeur me manquait pour aller gratouiller et ça gratouille bien. Les premiers vols ont eu lieu dimanche en plaine et j'ai retrouvé ma machine toujours aussi agréable à piloter. C'est aussi le sentiment des constructeurs pilotes qui l'ont pris en main. Il me reste à le retrouver sur la pente ce sera début avril dans la Hague. On devrait donc voir à notre rencontre de Caen un bataillon de Discus alignés sur le terrain. Ci-joint le PP de la saga.

Bravo pour ton site qui est toujours aussi attractif.

A+ JP

 

Pour télécharger la présentation sous Power Point

 Deuxième mail...

Bonjour Gérard


Si tu as regardé le PP  (Présentation) que je t'ai envoyé tu as pu constaté plusieurs erreurs de mouleur ou mouliste débutant. Le gelcoat du moule blanc = erreur du fournisseur mais comme ce n'est pas pour réaliser une grande série on fait avec. Un raté majuscule au 1er moulage à cause de l'application du gelcoat trop visqueux et appliqué au pinceau. Le technicien m'a confirmé que j'avais sûrement abîmé la couche de cire. Il aurait fallu chauffer le gelcoat pour le liquéfier et appliquer avec le plat du pinceau mais ça c'est écrit nulle part, par contre quand j'avais moulé les fuselages de Wilga je passais le gelcoat dilué à l'acetone et cela marchait donc j'ai repris mon ancienne formule. Mais quelle galère pour remettre le moule en état. J'ai appris
d'ailleurs que P Langlois procède de cette façon depuis toujours (100g de GC 40g d'acétone) on filtre et on pistole à 30/35cm afin que la plus grande partie de l'acétone soit évaporée avant d'atteindre le moule. Donc voilà quelques adeptes de plus à la petite grande plume mais si l'engouement persiste, on prévoit de réaliser des ASK 18 en 5.33m l'an prochain !

A+
JP

Commentaires des GPR :

Concernant la dépose du gelcoat dans le moule au pistolet (obligatoire) il faut savoir que plus le film de gelcoat sera fin et uniforme moins il craquellera et les risques de délaminage seront nuls. Inutile de tenter le pinceau : résultat trop lourd, film non uniforme, craquelures garanties. Le pinceau convient pour de petites pièces non sollicitées mécaniquement.

Pour une dépose au pistolet, il faut diluer à l'acétone (10%, mais suivre les indications des notices techniques) et surtout lors de la dépose s'éloigner le plus possible pour évaporer l'acétone. Les défauts constatés dans ce cas sont la présence "d'oeils" qui sont le résultats de trop d'acétone. Travailler si possible par beau temps - dehors - vers 20°C  en absence de vent sans oublier un masque sérieux et non en papier. Attendre que le gelcoat soit complètement polymérisé pour poursuivre  la stratification et non "amoureux" comme on dit dans le métier si vous ne voulez pas voir apparaître la trame du tissu. Se rappeler que plus le dépôt est fin et homogène meilleur sera l'aspect et surtout la tenue mécanique.

GR

 

Ici la découpe des tissus à l'aide de gabarits pour limiter les pertes et gagner du temps.

 

Dépose du gelcoat de surface "spécial moule" pour la réalisation du moule. Les GPR recommandent une couleur foncée (rouge, noire ou bleue) pour contrôler plus facilement la dépose du film de gelcoat lors de la réalisation de la pièce finie.

 

Ici les contours du moule sont libres. Les GPR recommandent de délimiter les contours du moule (baguette PVC) pour éviter l'opération d'ébarbage toujours très polluante pour les poumons et perte de temps. De la sorte, vous obtiendrez un contour de moule propre sans retouche.

 

Le moment que tout stratificateur attend avec impatience et curiosité : le démoulage !