Voler à Camogli...

  Page publiée le 12 mai 2005 et actualisée le 05 juin 2005   

 

Page 1

Page 2

 

Salut GG !

Voici comme promis le récit de nos aventures italiennes dont vous avez déjà eu un avant-goût. Le week-end prolongé de l'ascension fût l'occasion pour nous de partir découvrir le Golfe de Gênes et la magnifique région. Pour Marcel ce fût l'occasion de renouer avec des souvenirs de 22 ans plus tôt. Passé le tunnel du Mont-Blanc, un magnifique ciel bleu laissait présager d'un beau séjour. Après quelques problèmes sur la route avec la voiture de Marcel vite résolus avec du scotch et des colliers collson (achetez Audi !!!), nous arrivâmes sur la côte. L'instabilité était grande et après avoir vu Recco, petite ville au bord de la Méditerrannée, nous montâmes à l'hôtel « Caprile » dans le petit village perché de Uschio, sur la route des pentes.

 

Et là,  retrouvailles et émotions !  L'ancien patron de l'époque, César, reconnut immédiatement Marcel et nous dûmes arroser ça... La grêle aussi !! Après apéro et orage, départ pour la pente, le « Monte Fasce ». Magnifique cirque donnant sur la mer avec 800m de trou coiffé d'un nombre impressionnant d'antennes. L'orage menaçant toujours ne nous empêcha pas de déballer avec entrain nos modèles et de tâter le terrain. De superbes conditions mais la pluie ne tarda pas. Le jeudi, c'est le jour de rencontre des « p'tits papis » modélistes qui se retrouvent sur la pente : ça discute, ça barjaque, ça bricole dur. Et chaque voiture qui débarque : la vitre descend, quelques secondes de silence et « Mombaron » s'exclame chacun en apercevant Marcel après 22 ans !!

Le lendemain, beau temps, des cumulus bourgeonnants avec un vent de nord assez fort. Nous sommes donc allés au Monte Cornoua situé entre Uschio et  le Monte Fasce. Une crête permettant de voler des deux cotés. Après une heure de vol coté nord, la brise de mer prit le dessus. Ni une ni deux on balance coté mer et ça vole!!! Après quelques allers-retours en marchant sur la crête on pose : plonger dans le trou coté mer et remonter avec du badin pour flirter avec les quelques mètres carrés d'herbe, autant dire que ça coule sous les bras quand on doit poser un 5m .Marcel n'a évidemment  pas résisté à une remontée du trou ! Le soir, apéro à l'hôtel et repas avec les modélistes locaux.

Les deux derniers jours ont été supers aussi avec une météo de la partie, des beaux vols et photo aérienne sur le Pilatus de Marcel. Le Monte Fasce ne voulant pas sortir la tête du brouillard, nous avons du voler au Monte Cornoua. La seule casse du Week-end : 2 planeurs retournés au sol par le vent :  @gnnnrrrrr&%& ''!!!!!!  et rupture en vol de la clé d'aile plate du Pilatus de Marcel après 15 ans de vol et de nombreux services. Bref un très beau coin où les gens ont le temps et la joie de vivre, où l'on mange italiennemment bien et où le cadre de vol est superbe. On ne peut que vous le conseiller.

 Pour radio Camogli : Criqueto italiano !   Et que ça bulle :o)

Commentaires des GPR : Je connaissais les qualités nutritionnelles des repas des habitants du "Gersse" mais je dois reconnaître que la Grappa,  toutefois sur les hauteurs de Gènes, a pas mal de vertus en retrouvant un César aussi pimpant et malicieux...

Uschio, le village de César avec vue sur la mer lorsque vous ouvrez les volets de votre chambre...

La qualité allemande ce n'est plus ce que c'était...

Un ancien venu expliqué en long et en large à  "El  Criqueto" et Martin, les subtilités de la construction bois... Je ne suis pas sûr qu'il fut pris au sérieux et pourtant: Faut écouter les anciens !

Le port de Camogli et la douceur méditerranéenne à l'Italienne...

Salvator au plus près avec sa terre natale...

Une belle herbe qui n'a rien de méditerranéenne et pourtant...

Une occasion de rassembler tous les amis de Camogli et d'évoquer les années 80

De  nombreuses antennes qui arrosent Gènes et la région. Gènes est situé derrière ce massif dénommé "Monte Fasce". Ici s'arrête la route des crêtes

Oui la planète est belle, raison de plus pour en prendre soin. Il n'est pas interdit de rêver ...

Voler à Camogli c'est voler avec vue sur la mer et pour atterrir : de la belle herbe...

De gauche à droite : Salvator revenu sur ces terres, Marcello, Martin et Anthony "El Criqueto".

Le 15 de Marcel en vol sous les barbules très fréquentes vers midi lorsque la brise de mer s'installe...

La dernière pente à l'Ouest le « Monte Fasce » avec vue sur Gènes et le Golfe du même nom. Au loin la chaîne des Alpes encore enneigée. Plus à droite et non visible, la pente nord avec un joli trou : Le souvenir d'une belle et inoubliable remontée du trou pour votre serviteur.

Ici il faut un peu marcher pour atteindre le sommet du "Monte Cornoua" : C'est une pente nord - ouest qui pulse ! Quant aux atterrissages il faut avoir le cœur solide car on doit poser sous le vent sur l'autre versant non sans avoir traversé l'inévitable et puissant rouleau. Puis cet obstacle passé avec un badin soutenu c'est le plongeon avec un retour tranquille presque au pieds du pilote. Finalement assez facile. Celui qui a découvert cette méthode mérite un grand coup de chapeau !

Ici le jeune Martin devant la grande bleue et en bas les fameux "Viadotto" qui succèdent aux "Galéria". Si ce site n'est pas un lieu de rêve ...

Ca devait pousser Martin !

Laurent venu lui aussi rejoindre ses amis avec son Habitch parfaitement rénové..

Celui-ci c'est le planeur du Criquet avec en arrière plan la côte non loin de Porto Fino...

Apprécier ce lieu : les fleurs, l'herbe bien verte arrosée tous les jours par la brise marine. Une végétation de montagne au sommet et en regagnant la mer toutes les essences méditerranéennes s'échelonnant à différents niveaux. Une belle région que seule la pratique du planeur RC justifie votre présence ici...

Au départ du petit port de Camogli, une jolie balade en mer pour aller voir ce fameux Christ immergé qui semble se désespérer de voir toujours autan de misère sur terre et qui préfigure - sans l'avoir voulu en 1954, la montée des eaux partout sur notre planète.

Il Cristo Degli Abissi statue en bronze créée par la fusion de médailles de marins et de sportifs, de parties de bateaux, de cloches et de canons, mesure 2,50 m et pèse 260 kg. Elle repose sur une base en béton qui pèse 90 tonnes. Offerte par l'armateur Costa, elle a été posée grâce à l'aide de la Marine militaire italienne le 22 août 1954.

Chaque année, le dernier samedi du mois de juillet, une cérémonie est célébrée dans la baie en mémoire de ceux qui sont morts en mer, et en l’honneur de ceux qui dédient leur vie à la mer. Avant la célébration du cinquantième anniversaire de la pose, la statue a été ramenée à la surface pour être restaurée. Elle a subi un traitement contre la corrosion des métaux pour la nettoyer des incrustations d'algues et de crustacés qui risquent de la recouvrir complètement.