Le "Champ'46" d'Emmanuel Fillon

  Page créée le 22 mai 2007 et actualisée le 14 janvier 2008       

 

 

 

 

Taper F11 pour visualiser plein écran et F11 pour revenir

 Ci-dessus Claude Dubois (avec l'émetteur), le constructeur du "Champ'46" ici sur le terrain de l'OMAT à Montpellier.

 

 

E-mail du 12 avril 2006 en provenance de Beaulieu (Hérault)

Construire une réplique de modèle ancien nous ayant fasciné lorsque nous étions adolescent c'est faire revivre une époque riche et enthousiaste de notre jeunesse. C'est aussi s'assurer que l'on est enfin capable de maîtriser un loisir qui nous a accompagné toute notre vie. Dans le cas présent c'est le beau parcours de Claude, un inlassable constructeur d'avions et surtout de planeurs en "bois et toile". Le sujet choisi n'est pas des plus aisé avec des ailes au dièdre elliptique et des karmans imposants. Il s'agit du "Championnat 46" étudié et réalisé par Emmanuel Fillon pour participer et gagner la première place au championnat de France de 1946. Il va sans dire que ce planeur m'a également étonné et séduit en son temps lorsqu'il fut présenté dans la revue " Modèle Réduit d'Avion ":

 

 Emmanuel Fillon plusieurs fois Champion de France planeurs et Champion du monde en Wakefield en 1937 à l'age de 20 ans ! 1941 Emmanuel  présente son hydravion dénommé "Monaco". 

 

 La beauté des lignes futuristes - pour l'époque, ne pouvait laisser quiconque indifférent et surtout pas moi. Toutefois ayant pris conscience très rapidement des difficultés de construction je n'ai jamais songé à le reproduire. Le "Champ'46" - ce superbe planeur, restera gravé à jamais dans ma mémoire et c'est l'ami Claude qui - aujourd'hui - quelques soixante années plus tard, le fait ressurgir du passé avec bonheur dans les pages des GPR !

Merci Claude pour nous permettre de partager ce beau chantier et nous rappeler comment on pratiquait l'aéromodélisme avant l'arrivée  des "RTF" et plus récemment des "mousses". Une époque où il convenait de découper les nervures une à une, les assembler pour ensuite réaliser la mise en croix après de longs mois de travail. Le prix à payer était accepté par tous sans sourciller et ne semblait pas entraver le développement de notre loisir préféré. Oui les temps ont bien changés il est vrai : Raison de plus pour en parler car il s'agit de notre histoire, celle de l'aéromodélisme qui inspire le respect !  

GR

 

 

avec le site officiel d'E. Fillon 

 

 

E-mail du 14 janvier 2008

Bonjour, 

Meilleurs voeux pour cette année nouvelle.  Bravo à Claude, mon confrère des 4A, pour les vols du Champ' 46.

Petite précision cependant : ce planeur représente l'ultime évolution du "National 43" qui remporta les journées expérimentales du vol de pente à La Montagne Noire, en 1943. Sans RC bien entendu, maintenu en ligne par un système pendulaire ou par gyroscope...

Notamment, l'évolution du stab (avec dièdre puis plat) et des dérives (bi, puis tri avec sous dérive et enfin droite) a conduit Manu Fillon à l'élaboration d'un "Nordique" au début des années 60, puis du "Naurdyck" en 73.

Ce dernier a été construit et a volé en 1993 seulement, à Avignon-Pujaut. Déthermalisé à chaque vol. "Maxi sur maxi."

(Emmanuel m'en parlait comme du "meilleur planeur que j'aie jamais construit.") Comme quoi, les bonnes recettes de mère-grand ont du bon ! 

Actuellement, je démarre la construction d'une aile volante présentée dans le MRA en 1948, dessinée, gabarits prêts pour la découpe des pièces, mais que Manu n'a jamais réalisée.

J'ai pu récupérer une copie de ses esquisses et des gabarits.

Les calques des ailes gauche et droite sont faits... Y'a plus qu'à. Cependant, je n'ai aucune indication sur les assemblages, encoches et autres emboîtements. Va falloir travailler à la manière et avec les méthodes de l'époque... 

Concernant le "plus vieux GPR"... gaffe. Il y a eu le CB 28 qui lui, date de 1941 et a participé aussi au national 1943. 

Dans quelques mois, une caisse pleine de modèles des années 40 arrivera au GPPA, dont l'Oflag IV D, un modèle dont notre Manu avait parlé aussi en 48. 

Travail de fou à la retraite. Halte aux cadences infernales ! 

Amitiés à tous. 

Jean André SIMON.

FRA 435 138 4A

Difficile à saisir le "Champ'46" avec son aile basse et ses énormes karmans. Imaginez le vol de ce planeur en 1946, livré à lui-même car c'était du vol libre...

Claude est un adhérent actif aux "4A" : l'Association des Amateurs d'Aéromoèles Anciens

Le "Champ'46" venu tout droit de l'imagination d'Emanuel Fillon -  sans écarter le réalisme.        

    Claude a mis son nom de fabricant comme il se doit en pareil cas

C'était à Baillargues le 13 janvier 2008 à 10 heures "pétantes". Claude tient avec difficulté son planeur et votre serviteur - confiant - et prêt à assumer sa tache de pilote d'essai du dimanche... Petite ombre au tableau le débattement de la profondeur est très faible : il va falloir anticiper...

C'est parti, le Champ'46 s'élance sous l'effet de traction du sandow et monte parfaitement droit tel un planeur de vol libre bien réglé.

L'instant du largage : le Champ'46 garde son cap face au vent sans abatée à corriger

Deux vols furent réalisés ce matin avant qu'un petit vent de nord ne se lève. Le ciel est radieux comme vous pouvez le constater.

Admirez le travail de Claude ! Ici on est loin, très loin des "dépronades" qui sévissent sur tous les terrains... Oui, je sais "il faut vivre avec son temps", d'accord à condition d'avancer, pas de reculer. GR

 Cet énorme planeur de 2,8m avait parcouru en vol libre 54 km le 4 août 1946 pour se poser dans les Vosges !

En absence d'aérofrein l'atterrissage exige un peu plus d'attention  

L'angle de plané est parfait pour réaliser un atterrissage en douceur.

Claude et son "Champ'46" le 13 janvier 2008. Bravo Claude ! Ce planeur est l'ancètre des GPR sans le "R" car à l'origine c'est un planeur de vol libre. Aujourdhui il est radiocommandé (2 voies) et mérite donc le titre du plus ancien GPR de France ! J'ai eu beaucoup de plaisir à le piloter et réaliser deux atterrissages en douceur comme un "grand".  

 Jean André Simon estime que le premier GPR ( ou "Grand Planeur " ), serait le célèbre CB 28 de Chalange & Bonnet, ( mon deuxième planeur !). Je ne vais pas le contre-dire car je le suggère dans la présentation du CB28, mais plutôt le remercier pour ce rappel. Bref le moment est venu à nos "anciens " de communiquer leur vécu pour écrire quelques pages de l'histoire du planeur en France. Les GPR vous offre cette possibilité et surtout son audience ! GR

Notre nouveau président du BAC Bernard à droite de Claude et l'équipe qui a assisté aux premiers vols.

 

L'original

  • Envergure : 2828 mm
  • Surface alaire : 63,87 dm²
  • Allongement : 12,5
  • Profil voilure : Eiffel 400
  • Profil saumon : NACA 2.30.12
  • Longueur cellule : 1550 mm
  • Stabilisateur envergure : 900 mm
  • Surface alaire : 15,49 dm²
  • Profil : RAF 32

Les masses

  • Ailes : 350 g
  • Fuselage : 580 g
  • Stabilisateur : 40 g
  • Lest : 120 g
  • Masse totale : 1090 g
  • Charge alaire : 17 g/dm²

Les performances réalisées...

  • 11 mai 1946 Eliminatoires Ch. de France Chelles 5eme 509 " perdu de vue et retrouvé à Bonneuil soit 15 km
  • 4 aout 1946 Concours de Chaumont (H Marne) 1er Perdu de vue et retrouvé à Fréville (Vosges) soit 54 km
  • 18 aout 1946 Angleterre -International Week Eaton Bray 1er au concours d'Elégance ! Durée 1er  548", perdu de vue et retrouvé à 4milles (7km)
  • 1er concours de Nivelle Belgique et perdu de vue...

Fait à Paris octobre 1946

E. Fillon 

Le modèle de Claude radiocommandé

  • Envergure : 2828 mm
  • Surface alaire : 63,87 dm²
  • Allongement : 12,5
  • Profil voilure : Eiffel 400
  • Profil saumon : NACA 2.30.12
  • Longueur cellule : 1550 mm
  • Stabilisateur envergure : 900 mm
  • Surface alaire : 15,49 dm²
  • Profil : RAF 32

Les masses

  • Ailes : xxx g
  • Fuselage : xxx g
  • Stabilisateur : xxx g
  • Lest : xxx g
  • Masse totale : xxx g
  • Charge alaire : xx g/dm²

 

 

 L'ancêtre des GPR : Un énorme planeur d'une envergure 2,80 mètres ! Et livré à lui même car il la RC n'existait pas encore. Des vols de distance étonnants 54 km ! mais le plus surprenant me semble-t-il, c'était de le retrouver.

Toutefois celui de Claude sera radiocommandé discrètement en 2 axes. 

  

    

 

Claude et son Championnat rutilant prêt pour le premier vol ! Par transparence on aperçoit les nervures et leur nombre ... Du beau travail qui n'est que le résultat du véritable plaisir de construire.

On débute le chantier de Claude par la réalisation de la voilure...

 

 Bâti pour la construction de la voilure

 Plaquage du bâti avec du CTP de 5mm

 Plan en place sur le chantier

Bord marginal réalisé en lamelé balsa 15/10  9 plis

Découpe des nervures au bloc et mise en place des longerons

Mise en place des nervures à la Cyano à l'aide de blocs acier pour garantir la perpendicularité.

Vue générale de l'aile droite à mi-parcours

Âme verticale (fibre de bois verticale et 15/10) entre chaque nervure

Ici le longeron supérieur n'est pas posé

 

  

Mise en place du longeron supérieur en pin section évolutive de 12mm à 6mm épaisseur 3mm

 Gros œuvre  de l'aile droite achevé. Clef d'aile en alu 2027 ep 20/10

Poids d'une aile finie non entoilée : 175g

 

 

 

 

 

  

 

Comment réaliser les saumons de l'empennage horizontal  ?

Confectionner un gabarit en CTP et enrouler des lattes en balsa ep 15/10

Aile droite

La paire

Les lattes maintenues en forme par des aiguilles.

Colle blanche

 

La construction du stabilisateur peut débuter

Reste à mettre en  place le longeron supérieur et poncer

La structure centrale qui servira d'arête dorsale pour la construction "en l'air" de la cellule

Le nez et son patin intégré

 

Pose des coupes avant

Un montage aérien qui exige de nombreux contrôle de perpendicularité

Première présentation pour voir l'ensemble...

 

Le crochet de largage et son servo. En bleu le récepteur

 

Les karmans volumineux...

 

 

 

Lattes balsa pour recouvrir le nez. En bleu le Rx en vert le servo de largage

Les 2 servos direction et profondeur

 

Les deux uniques servos  : en bas dirction et en haut la profondeur

Mise en croix afin de vérifier la géométrie de l'ensemble

 

Le volet de dérive aux formes arrondies avec un léger compensateur

 

La cellule achevée

 A suivre : Entoilage en cours...

Finition du karman droit

Détail de l'empennage assemblé

 

  

nbsp;