Parachute de secours...     

  Page publiée le 14 janvier 2010 et actualisée le 22 novembre 2014 

 

 

Para GR

Para Daniel

Para Henri

Para Ludo

 

 

Exemple issu de l'aviation montrant comment sauver un pilote alors que son avion subit une rupture de voilure. Pour les gens au sol, cette phase de freinage laisse du temps pour s'éloigner de la zone d'impact. Formule qui mériterait d'être appliquée un jour sur nos grands modèles pour - en priorité - protéger les personnes au sol.

 

E-mail du 28 août 2011 en provenance de Nantes

 

 

Bonjour Gérard,

Je viens d'acquérir un ASH26 de 5m (ex Ateliers d'Aviation Crétal & Cie à Cherbourg). Comme c'est pour moi une grosse machine, j'ai essayé de compléter les recherches que nous (la Dream Team du site des GPR) avions déjà menées. Nous avons trouvé un site sur les parachutes liés aux Radiosondes
:
Dans ce site nous avons aussi trouvé un document assez général expliquant aussi la technique du pliage des parachutes. (Fichier pdf). De plus j'ai acheté pour une bouchée de pain chez (...à fond la forme) un parachute de traction qui fait 0,9 m² avec lequel je souhaiterais expérimenter un peu les techniques d'éjection et voir comment on peut loger le parachute dans le planeur. Tout ceci avance doucement, je te tiendrais au courant.

Autre point, sur un forum j'ai vu qu'un artisan belge s'était lancé dans la fabrication de parachute RC, il m'était venu à l'idée que nos recherches auraient peut être pu l'intéresser. Je vais tâcher de le contacter.

Bonne rentrée à toi, mille litres de motivation pour le site en cette nouvelle année.
Sylvain
AM44

Bonjour à tous,

La saison arrive à sa fin et nous allons pouvoir consacrer un peu de notre temps à de nouveaux projets. Celui qui tient à coeur des GPR concerne les parachutes de secours et de freinage.

Lors de nos nombreuses rencontres planeurs de cet été 2011, j'ai pu constater que dans bien des cas, un parachute de secours aurait sauvé le planeur en limitant les dégats. Les causes principales sont les collisions en vol et les ruptures de voilure. La panne de radio par brouillage est devenue très rare. Par contre le grand choix de fréquences permet de voler en plus grand nombre, d'où les risques de collisions accrus.

Bref, il faut donc poursuivre le chantier pour obtenir un dispositif fiable permettant, soit de sauver le planeur (parachute de secours), soit rendre le planeur moins dangereux lors du contact avec le sol (parachute de freinage).

Pour cela, nous avons besoin de toutes les compétences et je n'exclu pas la participation d'entreprises dans ce projet pour obtenir un produit à un prix compétitif et surtout fiable. En effet, réaliser un grand parachute n'est pas à la portée de tous et encore faut-il avoir le temps de le confectionner.

Olivier m'a proposé l'aide de cette entreprise qui s'est spécialisée dans le paramoteur RC et qui maîtrise la réalisation des voiles : . Je vous tiendrai informé des suites données avec ce fabricant. En attendant, va bien falloir rédiger un cahier des charges, pour éviter de s'égarer. Ce travail sera entrepris à mon retour car le site sera sur OFF une quinzaine de jours. Mais que cela ne vous empèche pas de cogiter et de faire des propositions, car il est préférable de sortir un produit bon la première fois plutôt que d'entendre des "Tu aurais du..." le produit fini !

A bientôt

GR

E-mail du 03 sptembre 2011

Bonjour Gérard,

Je suis avec intérêt le "chantier parachute" pour planeur. Je t'avoue que j'ai commencé à y penser gamin, quand j'ai eu mon premier planeur 2 axes. A cette époque, mon père m'avait récupéré un parachute de stabilisation de torpilles aéroportées. Ce parachute faisait 1.5m de diamètre, mais était trop gros une fois plié pour rentrer dans mon hi-fly, de plus, le seul cas où il aurait servi, c'est en cas de rupture des élastiques de maintien des ailes. Sur un gros planeur, il y a pas mal de volume "mort" dans le fuselage, donc ça laisse de la place pour l'installation.

Je pense que dans tous les cas, une petite séance de chirurgie s'impose sur le fuselage. Une trappe de 2 ou 3 dm² pourrait suffire. A mon humble avis, le meilleur point d'installation, c'est proche de la clef d'aile, pas trop loin du CdG, histoire de ne pas trop endommager la machine à l'impact.

J'ai passé quelques années à travailler dans la pyrotechnie, dans la fabrication de générateurs de gaz pour airbags. Ca m'a inspiré un système d'extraction de parachute, par un système de canon à gaz. Un système pyro aurait été trop contraignant, et aurait posé des problèmes de résistance et de sécurité. Je me suis donc tourné vers un système avec une "sparklet" CO2 de 12g. Les sparklets se trouvent facilement, elles sont utilisées sur les syphons d'eau de seltz, à chantilly, ou encore dans les copies d'armes tirant des billes en plastique.

Le système est assez simple, réalisable avec du tube PVC pour le canon, du tube métallique percé pour le diffuseur, un percuteur en acier trempé, avec un guide en téflon, et un ressort bien puissant pour pouvoir percer l'opercule de la sparklet. Ce n'est qu'une ébauche, rien n'est dimensionné, mais je pense que le système peut tenir la route. Comme un petit dessin vaut mieux qu'un grand discours,  voici le croquis

Je te souhaite de bons vols, à plus !

Ludo Bon.

Ludo bonjour et merci,

Pour ne rien te cacher c'est le mail que j'attendais ! En effet imaginer un système d'extraction efficace en utilisant des produits existants de grande diffusion est le seul moyen de ne pas réinventer l'eau chaude, mais surtout de baisser les coûts.

Ton expérience dans ce domaine est donc précieuse, et fait sérieusement avancer ce dossier dans la bonne direction me semble-t-il.

Si tu peux nous donner une adresse pour se procurer des "sparklets"  serait parfait.    

Je suis toujours stupéfait de voir les possibilités qu'offre un site avec la participation de ses lecteurs. C'est réconfortant et il serait vraiment dommage de ne pas exploiter cette particularité ! C'est ce que je tente de faire depuis la création des GPR.

Probablement ton mail va susciter d'autres commentaires, d'autres propositions...

N'hésitez donc pas à contacter les GPR, pour émettre un avis ou proposer une solution qui fait appel à votre expérience.

C'est ainsi que nous aurons le plus large éventail de solutions et que la meilleure formule jaillira !

Et nous aurons - enfin - un joker pour sauver nos planeurs !

GR

Voici une sté qui vend ce type de produit à 0,75 euro par lot de 5.

Clic sur l'image pour aller sur leur site  et ici :   ou bien ici : 

Je me pose la question s'il ne serait pas utile ( pour limiter la taille du tube pour loger le parachute) d'utiliser ce principe uniquement pour extraire un parachute d'extraction qui lui à son tour fera le même travail pour extraire le parachute de secours et qui serait alors placé dans une cavité appropriée selon sa taille et placé à coté.

 GR

E-mail du 31 août 2011 en provenance de Perpignan

Bonjour Gérard,

Voici une deuxième vidéo de mon parapente rc, mais cette fois ci sur les très belles pentes de la Madeleine.

Cordialement

Christian

 

Christian bonjour,

Comme toujours, dans toute construction il y aura ceux qui désirent réaliser par eux-même le parachute de secours et c'est très bien ainsi car ce sera un moyen de "balayer" un plus grand nombre de solutions. Et surtout de mettre en commun l'expérience de chacun. Dans ce domaine Christian tu as une bonne longueur d'avance ! GR

 

Une solution probablement la plus  rapide et efficace pour sauver ou rendre moins dangereux nos modèles en perdition en utilisant l'expérience acquise par les "Rockeurs". Toutefois, on ne fera pas l'économie de l'étude approfondie des différents cas permettant de déclencher le dispositif de sauvetage  (Panne émission, réception, rupture en vol, collision, perte de vue etc.). Soit deux cas : ouverture automatique ou bien décidée par le pilote.

Nous allons approfondir l'étude de ce matériel pour apprécier les avantages et certainement les inconvénients.

Clic sur l'image ci-dessus pour lire la vidéo.

Merci à Sylvain pour ce lien très pertinent.

A suivre !  GR

 

Un courrier de Fred perdu dans les ténèbres du web et qui revient avec quelques semaines de retard...

Une réflexion très utile - voire indispensable - sur la "mise à feu"  du dispositif de sauvetage. Il faudra donc réfléchir à la solution la mieux adaptée à nos cas personnels ou mieux trouver un consensus.   GR

DISPOSITIF DE DECLENCHEMENT DE PARACHUTE DE SECOURS

FONCTION :

Le dispositif doit permettre le déclenchement d’un dispositif d’extraction de parachute de secours en cas de défaillance de l’appareil ou sa commande.

CAUSES POSSIBLES DE LA DEFAILLANCE:

Les causes possibles de la défaillance peuvent être :

  • Rupture d’une gouverne.
  • Accumulateur de réception faible ou endommagé.
  • Perte de portée.
  • Défaillance de l’émetteur.
  • Défaillance de récepteur.
  • Brouillage.

MOYENS DE DETECTION OU D’ACTION:

  • Surveillance de la tension d’accumulateur.
  • Surveillance des créneaux radio.
  • Déclenchement radio commandé.
  • Autre.

INCONVENIENTS DES DIFFERENTES SOLUTIONS :

Rupture d’une gouverne :

La détection de la rupture d’une est impossible à bord du modèle avec un système simple et la seule solution est de déclencher le dispositif à distance. Voir Déclenchement radio commandé.

Surveillance de la tension d’accumulateur :

Le niveau de déclenchement est difficile à déterminer dans le sens où s’il est trop bas, on perd le contrôle de l’appareil et le dispositif ne fonctionne pas.

Il est trop haut et il déclenche alors que l’appareil n’est pas en danger.

REMARQUE : On constate que si l’accumulateur n’est plus suffisant pour alimenter la radio, il se peut qu’il ne le soit pas non plus pour le dispositif de sécurité d’où l’éventuelle nécessité d’avoir une alimentation indépendante.

Perte de portée :

La perte de portée peut être détectée par la disparition des créneaux radio mais cette fonction ne fonctionne pas dans le cas de récepteur équipés d’une fonction FAILSAFE.

Défaillance de l’émetteur :

Même remarque que ci-dessus.

Brouillage :

Ce cas est semble t’il le plus difficile à détecter dans la mesure où la tension des accus est normale et des créneaux radio parviennent toujours au module.

Une solution peut être le contrôle de l’allure du créneau qui doit par exemple rentrer dans un gabarit bien définit. Ceci suppose alors l’affectation d’une voie du récepteur pour le dispositif.

REMARQUE : cette dernière solution peut aussi s’appliquer aux cas de récepteurs équipés d’une fonction FAILSAFE. On change la durée du créneau en mode failsafe.

SYNTHESE :

La surveillance des accus n’est pas fiable.

Il faut équiper le dispositif d’une alimentation autonome.

Le déclenchement par une voie commandée n’est pas fiable puisque la perte de transmission est une source possible de défaillance.

Le contrôle du créneau radio est indispensable puisque c’est la seule solution en cas de perte radio avec un récepteur équipé d’une fonction FAILSAFE.

Pour le cas d’une rupture de gouverne en vol, il faut forcer le dispositif à fonctionner.

LA SOLUTION PRECONISEE:

Le dispositif est alimenté par une source autonome, accus ou bien pile lithium.

Il contrôle en permanence une voie libre du récepteur dont le créneau est modifié par le dispositif failsafe. Ainsi quel que soit le problème, il suffit d’éteindre l’émetteur. Le créneau radio disparaît ou bien est remplacé par celui du failsafe.

FONCTIONS SUPPLEMENTAIRES :

Le dispositif doit pouvoir filtrer des pertes fugitive de portée il ne doit alors se déclencher qu’après une période de x secondes, éventuellement réglable.

Il doit inclure une fonction de mesure de sa propre alimentation.

Il doit être équipé d’un bouton d’armement-désarment pour éviter son déclenchement au sol lorsqu’on éteint le récepteur ou l’émetteur.

SOLUTION PROPOSEE :

Le dispositif utilise un microcontrôleur et un servomécanisme. Le microcontrôleur permet de mesurer le créneau de la voie surveillée, de mesurer l’état de l’alimentation et pilote le servomécanisme.

Pour diminuer au maximum la consommation, le servomécanisme n’est alimenté que lors de la phase de déclenchement. En phase normale puisque le servomécanisme n’est pas alimenté, il y a lieu de le placer manuellement sur la position verrouillage.

En phase de défaut, le microcontrôleur alimente le servomécanisme et lui envoie le créneau de commande qui l’amène en position déclenchement.

 

Excel pour gagner du temps...

Feuille de calcul sur Excel à télécharger pour le calcul de surface

 Dessin des laizes sous Excel

Comme un p'tit coquelicot mon âme...

E-mail de Christian du 17 mars 2010 en provenance de Perpignan

Bonjour Gérard,

 Je viens de terminer le parachute de secours (prototype) l'échelle a été réduite de 50% pour les premiers essais.
 Dimensions: D 118cm- S 5m2- Poids 110 g. J'ai mis l'apex ( une suspente qui relie entre elles toutes les suspentes au niveau de la cheminée). De nombreux constructeurs aplatissent leur voilure en forme de gâteau "donuts", cette construction dite "annulaire" augmente la stabilité pendulaire.
 Je joins quelques photos des essais. Le parachute a été largué de mon Pilatus avec une charge de 2 kg. A première vue la descente n'est pas trop rapide et très stable. Le plan de la laize est excellent. Bravo et merci à Vincent. Également un grand merci à mon ami Claude Lacombe de Lans-en-Vercors pour m'avoir facilité la tâche en m'envoyant les fichiers de la laize à l'échelle et surtout lisible sur mon logiciel Autocad, et imprimable sur papier A4.
Demain - si le temps le permet, je vais l'installer sur un petit planeur mais avant il faut que je trouve le système d'extraction du para.
 Je te tiens informé.
  Amitiés
 Christian

Le tissu que j'utilise, c'est le fameux Skytex 27 pour parapentes. La toile est assez souple et pése 27g/m² et surtout facile à plier mais il faudra que j'essaie avec de la toile de parachute.

Et il n'en faudra pas plus à votre serviteur pour lui mettre en tête et fredonner ce refrain d'une des plus belles chansons de Mouloudji  "Comme un p'tit coquelicot mon âme
  Comme un p'tit coquelicot...

Une charge de 2 kg c'est un bon début pour une phase d'essais !

Diamètre : 118 cm  -  surface 5 m²

Un joli coquelicot offert par Christian pour le printemps 2010 !

Ici on voit très bien le principe de l'apex qui relie toutes les suspentes au centre du parachute c'est à dire la cheminée. Une cheminée évacuant une certaine quantité d'air et contribuant à la stabilité du parachute. Je devine que cette stabilité est due à la vitesse du jet d'air sur l'extrados qui profite de la dépression de ce dernier pour accroître son débit mais surtout se comporter comme un stabilisateur invisible comparable à celui de nos planeurs ...  GR

Remarque : Parachute de récupération ou parachute de freinage ? Ici c'est un parachute réalisé dans les règles de l'art, donc destiné à la récupération. Toutefois sa taille pourrait convenir à freiner n'importe quel taille de modèle car dans ce cas on ne cherche pas à retrouver l'intégrité de l'appareil mais à diminuer la force d'impact avec le sol, donc le danger pour autrui.

Certains d'entre nous pourrons se satisfaire d'un parachute de freinage accroché fermement à la cellule en cas de rupture d'aile par exemple, ce qui éviterait de voir un fuselage "débouler" à plus de 300 km au-dessus de nos têtes. Une sage précaution ? probablement !

Conséquences : Nous tenterons de traiter les deux cas : récupération et parachute de freinage qui devrait être plus simple à réaliser.

Encore merci à Christian : ce n'est pas du temps de perdu car je suis intimement persuadé que - tôt ou tard - nous devrons posséder un tel équipement sur nos gros modèles. Et j'en connais qui auraient bien aimé en posséder un lors de certains crashs très destructeurs... y compris votre serviteur.

GR

 

E-mail du 02 février 2010 de Vincent

Détail d'une laize et les longueurs en mm pour un parachute de 3 mètres de diamètre.

Laize 1   Le premier a été fait avec un algorithme qui est utilisé pour déplier une tôle

Sur la surface 3D:

Longueur coté:  2087

Longueur section plan symétrie: 2054

Sur la mise à plat classique: 

Longueur coté:  2148

Longueur section plan symétrie: 2028

Laize 2    algorihtme avec le module composite. Le résultat me semble bizarre. On a considéré l'axe de symétrie comme peu déformable. C'est peut être cela qui cloche....

Longueur coté: 2089

Longueur section plan symétrie: 2053

Moi je me tournerai plutôt vers la dépliées non composite mais c'est juste une impression.

Qu'en penses-tu ?

A bientôt, Vincent.

 

Réponse de GR

 

Vincent merci pour ce travail qui va me conduire à basculer dans la réalisation concrète. Je vais retenir la laize type 1 pour faire simple. En effet on ne cherche pas - pour ce type de parachute - à obtenir une forme finie parfaite. Toutefois, ton travail est instructif car on découvre les possibilités des programmes de calculs modernes. Si tu pouvais me donner - au format DXF - la laize type 1 en prenant comme base un parachute de 1 m de diamètre, il me serait ensuite facile de tracer des laizes pour obtenir des parachutes dimensionnés selon la charge à porter. GR

 

E-mail de Julien (Suisse) du 02 février 2010

 

Hello, Voici un pdf d'un pliage de secours avec un pliage à ouverture retardée et house de suspentes "chausette". Ce genre de para a une résistance de 15 G environ.

 Encore un pdf pour le pliage d'un secours avec la mise en place dans le POD

Dernier pdf avec des info sur les matériaux utilisés et leurs résistances en quelques  mots.

  A bientôt, et tenez-moi au courant de vos essais.

 

  Julien Berthoud

 

 

Réponse de GR

 

Julien  grace à tous ces documents, on pénètre dans ton univers : celui du parachutisme. On voit bien que rien n'est laissé au hasard et qu'il sera bon de s'en inspirer le moment venu. Nul doute que nous en ferons un bon usage !

Nous te tenons naturellement informé de l'avancement du projet. Encore merci pour ta participation. GR

 

Premier jet du parachute constitué de 12 laizes et d'un diamètre de 3 mètres.

Réalisation sous Catia par Vincent le 22 janvier 2010. Merci Vincent !

La beauté du dessous n'a d'égale que celle du dessus...

 

  Les souhaits des GPR pour 2010...

Cette page traitant des parachutes comblerait votre serviteur si elle devenait le point d'entrée des parachutes de secours. Parachute que nous devrions tous avoir sur nos gros modèles qu'ils soient avions ou bien planeurs.

Plusieurs raisons à cela :

  • accroître la sécurité
  • récupérer un modèle non détruit
  • utiliser les nouvelles possibilités du 2,4Ghz (2 récepteurs dont un dédié au secours)

 Tous ceux qui voudront bien participer à la mise au point d'un tel dispositif sont les bienvenus sur le site des GPR et tout sera mis en oeuvre pour faciliter la communication entre les différents participants et concepteurs.

Le savoir-faire de chacun  (radiocommande-sécurité, réalisation du parachute, extraction du parachute, points d'attaches sur planeur ou avion, etc.) devrait nous permettre d'aboutir à un dispositif de secours (pour différentes tailles d'appareils) et d'avoir ainsi un joker lorsque nous volons.

D'avance merci pour votre participation 

 

   Salut Gégé,

Je viens de voir ton reportage sur les paras R/C. Je me suis moi-même penché sur le sujet l’an dernier. Le para est terminé mais n’a effectué qu’un seul vol pour le moment. Il faut que je réactive  ce projet et que je te fasse passer des photos (si c’est concluant…)

En attaché, les fichiers qui m’ont servi à ma construction perso (une semaine à la machine à coudre, ça change des pots de résine…)

Ci-jointes, quelques adresses utiles que j’ai déniché sur le net site hollandais avec plein de photos en vol et au sol : http://www.rc-parachute.nl/HomeENG.htm

Site de construction (grandeur) mais ça donne de bonnes idées. http://www.construire-sa-voile.com/site/

Site où je me suis fourni en toile très légère et fil de couture :

Note: la personne tenant cette boutique est très sympa, n’hésitez pas à la contacter pour des renseignements et détails divers.

voilà, si cela peut donner des idées et des aides à d’autre personnes…

Thierry Pasquet

 Les compétences au 19 janvier 2010 :

Olivier : ancien pilote de chasse de l'AA, modéliste et devenu expert dans les voiles de voilier dont les techniques d'assemblage par collage, couture etc. et également les problèmes d'éjection sur avion de chasse.

Christian : modéliste, se passionne et réalise des parachutistes radiocommandés (voir article)

Thierry : Modéliste dynamique, constructeur et qui a construit un parachute RC et connaît les adresses des fournisseurs

Julien  :  Nous apporte son expérience de Suisse. "Plieur de parachutes de secours "  pour la FSVL Fédération Suisse de Vol Libre et a participé à plusieurs tests de secours...Et mise au point de parachutes pour drones.

Vincent :  Ingénieur modélisera le (les) parachutes en 3D sur Catia

Gérard  : GR votre serviteur, coordonateur du projet : Réalisera le parachute et procèdera aux essais sur ses propres planeurs

 

  Les essais en vol

Je propose d'utiliser dans un premier temps mon veil Aigoual de 4 mètres qui possède une trappe sur le dos de la cellule. En cas de défaillance du dispositif lors des essais cet appareil finira sa vie pour la bonne cause.

Si les résultats sont concluants je propose d'utiliser mon DG 400 de 5,6 m d'envergure et une dizaine de kg qui lui aussi possède sur le dos de la cellule les trappes destinées au pylône rétractable.

GR

 

Compétences souhaitées et attendues ...

  • Calcul des surfaces d'un parachute en fonction de la charge
  • Dessin des éléments développés de la voilure en CAO
  • Conception du parachute d'extraction : forme et taille
  • Suspentes : points d'accrochage, nombre etc.
  • Pliage du parachute
  • Gestion d'une situation de détresse par radiocommande faisant suite à :
  1. panne générale d'alimentation
  2. brouillage persistant (fail-safe en action)
  3. rupture vol  

  Méthode proposée

Choix du planeur

Choisir en priorité un modèle permettra de définir la taille du parachute. La masse à freiner et poser sans dégât sera de 5 kg environ pour le planeur Aigoual pour la première campagne d'essais.

GR

 Matières premières

 Très prochainement la matière première me sera fournie (toile et ruban de collage).

Mais avant de découper il faut étudier la forme, taille, et tracer en CAO les éléments à découper. Pour franchir cette étape nous avons besoin de vos compétences pour éviter les tâtonnements...!

D'avance merci

GR

 

Les curiosités des fusées à eau ...

http://pasylmat.perso.cegetel.net/gifs/gifs.htm

 

Formule de calcul trouvée sur le web...

Les spécialistes des fusées à eau...

 http://henneser.perso.cegetel.net/fuseeH2O/parachute.htm

Soit selon la première formule : m=5 et V = 4 m/s un diamètre de 3,4 mètres et pour V = 6m/s soit 2,3 mètres. Le diamètre se situera donc entre 2,5 et 3 mètres pour l'Aigoual de 5 kg.

Longeur des suspentes : 1,5 fois le diamètre du parachute

A consulter :

 

C'est Julien qui est l'auteur de ces essais et de cette vidéo. Et il nous propose de partager avec nous son expérience ! Merci au Web de nous permettre de tels rapprochements en si peu de temps !

 Click sur l'image ci-dessus pour consulter un document (PDF) sur les précautions de mise en place d'un parachute GRS. Ses infos très utiles pour notre cas.

Pour info : comment choisir son parachute de secours

 avec  présence du slider (ULM)

 

 

 

 

Devis de poids

Masse totale du tissu (toile de spi) 350 g.

à ajouter :

  • Scotch double face
  • 12 suspentes
  • cordelettes diverses
  • parachute d'extraction
  • Etui de logement 

Le devis de poids fait ressortir que la masse totale ne sera pas négligeable pour un parachute permettant de récupérer un planeur intact ou presque.

Autre problème : le pliage de la toile de spi pour réduire l'encombrement.

N'ayant pas de vie à bord à sauver, mais éventuellement des vies sur terre en cas de malchance, je vois venir une solution plus réaliste qui consisterait à se contenter d'un parachute de freinage pour éviter d'atteindre plus de 200 km/h pour une cellule ayant perdu ses ailes. Mais avant de baisser les bras, je poursuis le projet avec ce parachute de 3m pour une masse à sauver de 5 kg. Dans tous les cas il faut trouver une solution !  GR

 A suivre...

Le 13 février 2010 :Tracé d'une 1/2 laize à partir du fichier DXF et réalisation d'un gabarit carton pour découper les 12 laizes...

Découpage de 4 laizes et pesage soit : 117 g

Longeur : 1768 x 770 mm pour un parachute de 3 m de diamètre