le CB28-GR....      

  Page publiée le 22 septembre 2020 et actualisée le ...

 

Présentation

Fuselage

Ailes

Stabilisateur

Finition

Vol

 

12 juillet 20

13 juillet 20

 22 sept 20

 

 

 Temps incertain ce mardi 22 septembre en Provence, vent incertain également, mais ce qui est certain c'est que je vais devoir prendre l'air après cette matinée pluvieuse et ainsi trouver le moyen de m'occuper une heure si possible. Alors il me vient une idée avec ce petit souffle d'air orienté S-E qu'indiquent les deux Pioupiou de Salon-Eyguières ...

Pourquoi ne pas aller faire un tour sur la petite pente de mes débuts à St-Rémy de Provence en 1968 ? Vous allez me dire : "comme pente c'est un bien grand mot". Et vous avez raison ! En effet le dénivelé n'est que de quelques mètres. Toutefois à cette époque il n'y avait pas la ligne à très haute tension et les arbustes étaient absents, donc c'était si l'on peut dire plus confortable pour apprendre à piloter en vol de pente. Oui c'est ici que j'ai fait mes débuts en Rc.

Bref, c'est le moment ou jamais de tenter un essai et ce sera l'occasion de vous montrer - une fois de plus - mes Alpîlles adorées sous un angle différent en ayant un peu plus de recul par rapport au massif.

GR

C'est donc lui le CB28 qui va jouer au cobaye pour cette initiative

 les Alpilles sous un angle différent les voilà. Et l'on peut voir l'emplacement du terrain de vol à voile de Romanin : la tache beige située au-dessus de l'aile. De plus imaginez un instant le puissant mistral voulant franchir cette barrière naturelle de la chaîne des Alpilles parfaitement perpendiculaire à l'axe de la vallée du Rhône... Des conditions idéales pour réaliser les records du monde de durée qui n'ont pas échappées aux véllivoles des années 50.

Ici des captures d'écran d'une vidéo médiocre alors que j'ai pris toutes les précautions d'usage pour éviter d'avoir un ciel pareil. C'est dommage ! Lorsque les fabricants d'appareils photos auront compris pourquoi les ventes d'appareils photos sont confidentielles et qu'ils auront compris pourquoi les photos sur Smartphones ont un succès sans précédent, peut-être  que le progrès ira dans le bon sens. Proposer enfin des appareils ultra-simples, dénués de nombreux programmes de paramétrage pour la plupart inutiles et donc rendre enfin son fonctionnement stable et fiable, ils retrouveront peut-être un peu d'oxygène. Dans le cas présent, je regrette de n'avoir pas pris une vulgaire petite Mobius qui elle n'a pas d'écran, aucun réglage, le seul soucis : penser à vider la carte et charger l'accu ! Comprendre que la spontanéité des situations que l'on souhaite enregistrer n'est généralement pas celle d'un studio photo,  donc incompatible avec le temps nécessaire de réglage d'un appareil photo classique. Il faut me semble-t-il, arrêter avec le perfectionnisme et les exigences des experts et préférer les appareils avec un zoom optique performant, un auto-focus rapide et un viseur capable de suivre les mouvements d'une scène rapide, je parle des bridges car j'exclu tous les appareils avec objectifs rapportés qui sont source de pollution du miroir sans parler de leur poids et encombrement. Il y a belle lurette que ces objectifs sont dans mes armoires à l'abri de la lumière... Toutefois une partie soft - ultra sobre - avec la balance des blancs automatique. Bref, n'avoir que le soucis de bien cerner le sujet avant d'appuyer sur le déclencheur et c'est déjà bien pour les photographes occasionnels que nous sommes.

Pour revenir au sujet initial, la zone n'est pas cultivée : il s'agit d'un herbage rustique pour les moutons, parsemé de beaux galets portés par la Durance qui passait par là, il y a quelques années...D'où le nom de ce plateau "la petite Crau".

Pas un souffle, pas de soleil, rien ne bouge, mais on a toujours l'espoir de rencontrer la bulle venue du ciel pour rester en l'air quelques instants...

Puis on y va : et on verra bien ! Il est en l'air et va falloir qu'il trouve ...

...et bien il trouvera rapidement la paille après quand même quatre allers retours !

Allez savoir pourquoi votre serviteur est content malgré la brièveté des vols ? Une dizaine environ...

Et bien il est content parce qu'il a reproduit une situation vécue ici même alors qu'il était jeune (1967) et qu'à cette époque un aéromodéliste était toujours émerveillé après avoir pu enfin piloter son planeur et l'avoir ramener si possible à ses pieds. L'aéromodélisme et la RC à cette époque vivait leur "âge d'or". Toutefois il faut rappeler qu'à cette époque il y avait aussi les réticents, oui des "anciens" qui refusaient ce progrès et en particulier à la tête de notre fédération. Pour ces experts du vol libre, très perfectionnistes et exigeants, nul besoin d'être un fin modéliste pour faire voler un planeur ou un avion Rc. Les réglages se font en vol et donc n'importe qui est capable de pratiquer l'aéromodélisme et cela sans effort particulier. On retrouve - à toutes les époques - cette forme d'état d'esprit face au progrès et en particulier aujourd'hui avec les "ready to fly". Toutefois je pense que  - le progrès d'aujourd'hui - joue surtout la carte de la paresse à utiliser ses dix doigts et donc les deux situations ne sont pas comparables et les effets sur le long terme opposés. Curieusement nous n'avons jamais eu autant de temps libre à notre disposition alors qu'à l'époque précédente nous faisions plus de 48h par semaine et les RTT n'existaient pas. Ma génération a beaucoup construit malgré son manque de temps, elle arrive en fin de cycle et la relève vous pouvez l'apprécier. Il suffit d'ouvrir les yeux. Pas utile d'en dire plus.

 J'évoquais quelques lignes plus haut l'avantage d'un zoom optique puissant. Et bien voici un exemple pour quand même ne pas rester dans les limitations du Smartphone. Oubliez les zooms numériques qui n'apportent rien si ce n'est de dégrader sérieusement la qualité. Encore un gadget à supprimer !

La même moins zoomée, mais zoomée quand même, c'est dire les capacités optiques du zoom de 25/60mm du Lumix

et pour finir celle-ci (que vous pouvez agrandir) au grand angle (25mm).

Et le CB 28 dans tout ça ? Et bien il vole à merveille avec ses ailes à incidence variable. Je l'adore ! Bravo Ludo !